La salle de conférence du Mémorial Modibo Keïta a abrité ce jeudi 18 avril 2019, la cérémonie de proclamation des Trésors Humains Vivants du Mali. La cérémonie était présidée par Madame le Ministre de la Culture, N’DIAYE Ramatoulaye DIALLO.

Avr 18, 2019

Présentation des lauréats :

Vue de la salle

1- Le Maître chasseur (le Donsoba) Adama dit Gossi NIAKATE est de ceux-là et mérite la proclamation comme THV dans le domaine des sciences cynégétiques. Né en 1928 à Fanga, Cercle de Yélimané, Adama dit Gossi NIAKATE est, en raison de sa célébrité pour ses connaissances de l’univers de la chasse et ses pouvoirs mystiques, adulé, respecté et craint. Il est chanté par les aèdes de la chasse au Mali et dans la sous-région. Géomancien, thérapeute-herboriste, il sait prévoir, prévenir et chasser les mauvais sorts, répandant ainsi l’espoir et prodiguer la joie aux nombreux nécessiteux qui viennent le consulter. Il s’est illustré dans la chasse, en abattant les animaux les plus féroces comme les lions et les panthères. Président de la Fédération Nationale des Chasseurs du Mali, dépositaire de nombreuses traditions ésotériques du monde de la chasse, ce Donsoba, tient à transmettre ses savoirs et pouvoirs aux jeunes générations.

Présidium

2- Asmane TRAORE Né en 1947 à Djenné, Asmane TRAORE est issu d’une famille de broderie traditionnelle dans laquelle il excelle avec une renommée qui a franchi les frontières du Mali. À son actif plusieurs œuvres remarquables en cotonnade. Ses styles favoris sont  le «Wakiaten et le Tionkinyé». Ces styles permettent de remplir les dessins, d’obtenir des reliefs à l’aide de supports tels que le cuir, le crayon, le carton sur lesquels il brode avec le fil choisi et exécute les motifs comme les triangles et des cercles les plus délicats et complexes avec une grande finesse. Rien n’est oublié jusqu’au moindre détail.

3- Bocar Alpha CISSE, né vers 1953 dans le quartier de Djingareyberre, est célèbre pour sa dextérité dans le domaine de la broderie à la main. Même si le travail à la main est une vieille tradition à Tombouctou, car « la fortune et l’instruction peuvent s’envoler, mais la main du métier reste », Bocar Alpha Cissé s’est révélé par sa créativité dans la broderie à la main. Il est l’auteur de plusieurs tenues traditionnelles à Tombouctou réservées aux cérémonies de mariage, de baptêmes et aux fêtes religieuses ; symboles de la bourgeoisie et de l’intelligentsia.

4- Maître-Géomancien guérisseur, Cheickh Sidaty KANTE dit Alzadar est né vers 1978 à Djidiéni, dans le Cercle de Kolokani. Fils de feu Cheick Oumar KANTE, marabout et de feue Fatoumata SAKILIBA ménagère, Cheick Sidaty KANTE dit Alzadar est marié. Il a été initié à la géomancie par Diara Coulibaly, un maître géomancien originaire de Djidiéni.

Dans ce domaine, son sort prendra très vite une autre tournure, quand il hérita d’un « djin » (diable) du nom de Alzadar la table divinatoire de seize (16) trous. Trempé de cette nouvelle force, il excelle également dans les connaissances coraniques, héritées de son feu père Cheick Oumar KANTE, un érudit, et dans la phytothérapie. Son père était un des grands marabouts de Djidiéni, voire du Bélédougou. La première mosquée de Djidiéni est l’œuvre de son père.

Photo de famille

5- De nos jours encore, plusieurs femmes dont celles de Kalabougou (Commune rurale de Farako, Cercle de Ségou), excellent dans la poterie. Imbues de savoirs et savoir-faire dans la transformation de l’argile, elles produisent des œuvres identifiables par la richesse et la diversité de leurs formes, décors et couleurs, ou par un simple petit détail. Regroupées en une Coopérative dénommée « Kotognontala », comptant environ 300 potières, ces femmes forment un groupe pluri ethnique composé de bambaras et de bozos de la caste des forgerons. Elles méritent une reconnaissance nationale par leur proclamation en THV pour leurs efforts dans la préservation et la perpétuation d’une pratique aujourd’hui assiégée par les techniques modernes avec l’espoir de sa transmission aux générations futures.

Les Jeudis culturels du Palais de la Culture Amadou Hampathé Bah

Avr 12, 2019
Vue des artistes

Le jardin du Palais de la Culture Amadou Hampathé Bah a abrité hier jeudi 11 avril 2019, le coup d’envoi “des jeudis culturels”. Cette activité est une initiative du Palais de la Culture et vise à promouvoir les cultures maliennes en général et impulser la redynamisation des formations nationales en particulier. Le groupe ” Badema national” a assuré le premier spectacle de ces” jeudis culturels “. Il faut noter que les “jeudis culturels” se tiendront désormais toutes les deux semaines au Palais de la Culture.

Commémoration de la journée des martyrs du 26 mars 1991

Avr 10, 2019

Sous la présidence de N’Diaye Ramatoulaye Diallo, Ministre de la Culture, la Pyramide du Souvenir a organisé un colloque sur les groupes de pression au Mali depuis la révolution de mars 1991.
Thème du colloque : “groupes de pression au Mali typologie, organisation, fonctionnement, financement et bilan.

Discours de Madame le Ministre de la Culture : N’DIAYE Ramatoulaye DIALLO

Cérémonie de remise du chèque à Madame le Ministre de la Culture

Avr 10, 2019

Dans le cadre du payement des redevances des droits d’auteurs par Orange Mali, la salle de conférence du Ministère de la Culture a abrité la cérémonie de remise du chèque à Madame le Ministre de la Culture.
La cérémonie a eu lieu ce mardi 02 avril 2019 à 15h00.

Le Discours de Madame le Ministre :
Monsieur le Ministre de l’Economie Numérique
Monsieur le Directeur Général d’Orange Mali,
Monsieur le Représentant du Patronat malien
Madame et Monsieur les membres du Cabinet
Madame la Directrice du BUMDA
Monsieur les Présidents de l’UAPREM et de la FEDAMA,
Mesdames et Messieurs du monde des arts et de la culture,
Distingués invités,

Cette cérémonie marque à mes yeux trois changements de paradigmes : 
Premièrement, en décidant de payer aux artistes des droits d’auteurs d’une importance financière sans précédent dans l’histoire de notre pays, je dis bien sans précédent dans l’histoire de notre pays, Orange Mali ne fait pas que rendre justice; elle pose aussi un acte de responsabilité sociétale en restaurant la liberté et la dignité des artistes et de tous les acteurs de différentes chaines de valeurs culturelles, auxquelles l’entreprise ouvrent désormais la possibilité de vivre décemment du fruit de leur créativité.
Deuxièmement, en appliquant la loi sur la propriété intellectuelle de façon si proactive, Orange –Mali assume son rôle de locomotive et assume le devoir d’exemplarité qui sied à son rang d’entreprise citoyenne, économiquement performante, et socialement impactant, parce que soucieuse de générer une croissance inclusive et des progrès sociaux partageables.
Troisièmement, de par la nature publique de cette opération, Orange –Mali inaugure aussi une nouvelle ère de transparence dans le processus de collecte et de paiement des droits d’auteurs des artistes maliens. Il me tient à cœur de rassurer ceux-ci que nul ne sera lésé, et que la transparence prévaudra d’un bout à l’autre du processus de paiements des droits. 
Mesdames et Messieurs du monde des arts et de la culture,
Je voudrais saluer ici la mémoire de tous ceux qui ont investi leur énergie dans cette bataille pour les droits des artistes à vivre de leur travail. Cette bataille, qui est simplement une bataille pour la dignité, d’autre l’ont menée avant nous. Je voudrais me souvenir ici de feue Bako Dagnon, de feue Fantani Touré, de feu Mangala Camara ; et de tous ceux qui assumé leur part de lutte, mais qui sont partis avant d’avoir pu récolter les fruits de leur combat.

Monsieur le Directeur de Orange Mali, les bamabra disent, je cite : « Kewalen kelen ka fissa ni kuma mugu keme ye ». Oui, les actes parlent plus que les mots. L’histoire retiendra l’acte que vous posez aujourd’hui comme un tournant décisif dans la promotion et dans la valorisation de l’art et de la culture au Mali. Si les droits d’auteur sont par définition une obligation juridique, s’en acquitter est une preuve de responsabilité citoyenne, et cela témoigne amplement des valeurs d’équité et de transparence d’Orange Mali.

D’où l’immense honneur, et l’agréable devoir, de vous dire aujourd’hui la gratitude de mon département, et mieux, la reconnaissance de l’ensemble du monde des arts et de la culture.

Un artiste qui a faim n’est pas un artiste en paix. Un artiste qui est malade n’est pas un artiste en paix. Un artiste qui n’a de sécurité sociale n’est pas un artiste en paix.

Vive le Mali uni, débout et qui résiste ; qui résiste par la diversité de sa culture, qui résiste par le dynamisme et la vitalité de son industrie culturelle, par ses chaines de valeurs créatives, et par ses entreprises socialement responsables.

Cérémonie d’ouverture de la 26 édition du FESPACO

Fév 26, 2019

C’était ce samedi 23 février 2019 au stade municipal de Ouagadougou.
Six films représentent le Mali à cette rencontre biennale du septième art. A cet effet, l’État malien a mobilisé une très forte délégation pour soutenir ses artistes.

LA RENTRÉE LITTÉRAIRE DU MALI, ÉDITION 2019

Fév 26, 2019

Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar Keïta, Président de la République, Chef de l’Etat fait honneur aux hommes de lettres du Mali et ceux du monde entier.
Cette édition 2019 est placée sous le signe de la culture pour la cohésion sociale, la paix et la réconciliation au Mali avec pour thème « Un Monde de la rencontre».
Un thème qui invite à des regards croisés , des émotions partagées, mais également s’inscrit dans le processus de reconstruction en cours au Mali, tout en étant à l’écoute des échos et défis du monde.
L’événement s’adresse particulièrement à la jeunesse qui est majoritaire dans nos sociétés mais aussi la plus exposée aux nombreux défis de développement socio-économique, l’éducation, la sécurité, la migration.

RENTRÉE LITTRAIRE, ÉDITION 2019

Fév 26, 2019

La Rentrée littéraire du Mali accueille, du 19 au 23 février 2019, à Bamako, Sikasso, Djenné et Tombouctou, des écrivains des cinq continents autour du thème « Un Monde de la rencontre » 
Au programme : cafés littéraires, rencontres dédicaces conférences, débats, tables rondes, ateliers, hommages, lectures, spectacles, expositions, prix littéraires 2019.
Une semaine durant, la Rentrée invite à la rencontre pour débattre, concilier, copenser, coinitier, cocréer, coproduire, codévelopper… 
Lieux à Bamako: Musée national, Bibliothèque nationale, Institut français du Mali, AGETIC, Universités et lycées partenaires

Lieux à Sikasso, Djenné et Tombouctou : Centres culturels, universités et lycées partenaires, en partenariat avec les Conseils régionaux. 
La Rentrée littéraire du Mali : quand l’Afrique se raconte à elle-même et au Monde! 
Entrée libre.
Ouverture officielle : le mardi 19 février à 16h30mn au Musée national sous la haute présidence du Président de la République, Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA. 
Soirée de remise des prix littéraires 2019 : le samedi 23 février à 19 heures à Azalai Grand Hôtel de Bamako.

CÉRÉMONIE D’OUVERTURE DU FESTIVAL SUR LE NIGER, ÉDITION 2019

Fév 26, 2019

C’était le samedi 02 février 2019, sous la présidence de Monsieur le Secrétaire Général du Ministère de la Culture à Ségou.

Les activités de cette rencontre culturelle se déroulent du 02 au 09 février 2019.