Le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, M. Andogoly GUINDO, s’est rendu dans l’après-midi du mercredi, 6 octobre 2021, auCentre de formation Kalanblon sis au quartier de Bagadadji en Commune II du District de Bamako.

Crée en 2010 par le Maître Jéli Bourama SOUMANO afin d’assurer la formation en tradition orale et en transmission intergénérationnelle des valeurs du « Jéliya» chez les jeunes issus de cette couche sociale du Mali, le centre Kalanblon se bat depuis sa création pour la sauvegarde et la transmission des valeurs du Jéliya à la jeune génération de Jélis du Mali. Ces valeurs sont entre autres, le savoir, le savoir-faire artistique et artisanal, le rôle de conseiller, de gardien des traditions et de la mémoire, le rôle de médiateur culturel et du vivre ensemble.

Le ministre de l’Artisanat de la Culture de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, M. Andogoly GUINDO, a, au nom du Président de la Transition, le Colonel Assimi GOITA, du chef du Premier ministre et Chef du Gouvernement, Dr Choguel Kokalla Maiga, salué cette initiative, qui est une première au Mali et peut-être en Afrique. Il a aussi loué l’esprit de créativité et de partage de savoir du promoteur du centre, M. Boureima SOUMANO, dont le centre permet de sauvegarder un pan essentiel du patrimoine culturel immatériel du Mali mais également de perpétuer une tradition séculaire dont la survie est aujourd’hui menacée par un monde globalisé et saisi par le développement des sciences et des technologies de l’information et de la communication.

Le Ministre GUINDO a rappelé le rôle ô combien important, de régulateurs et de stabilisateurs sociaux que jouent les « Nyamakala » du Mali et a informé de l’adoption par le Conseil des Ministres du mardi, 5 octobre 2021, du projet de décret portant classement des alliances et des parentés à plaisanterie dans le patrimoine culturel national.

Le promoteur du centre, M. SOUMANO, s’est réjoui de la visite du Ministre et de sa délégation. Une première pour un ministre en charge de la Culture depuis la création du centre. De sa création à nos jours, a-t-il souligné, le centre a formé gratuitement plus de 300 jeunes.

CC/MACIHT