Le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, Andogoly GUINDO, était en visite de terrain, mardi 23 novembre 2021, sur le site des Tisserands et sur celui des Forgerons de Fantogo, sis au quartier de Médina Coura, en Commune II du District de Bamako. Le ministre était venu transmettre les encouragements des plus hautes autorités du Mali aux artisans du Mali et recueillir leurs préoccupations. 

Le ministre GUINDO, accompagné de certains de ses collaborateurs et du Président de l’Assemblée permanente des Chambres et Métiers du Mali (APCM), Mamadou Minkoro TRAORE, était venu passer le message d’encouragement des autorités de la Transition aux acteurs du sous-secteur de l’Artisanat, qui emploie au moins 41% de la population active du Mali. Il s’agissait en outre, pour le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, de s’enquérir des conditions de travail des acteurs du sous-secteur de l’Artisanat en vue d’y trouver des solutions appropriées.  

Les difficultés auxquelles sont confrontées les Tisserands et les Forgerons du Mali ont toutes été passées en revue : manque d’intrants comme les fils de tissage, manque d’espaces de travail dédiés ou sécurisation des espaces existants, devenus les cibles privilégiées des prédateurs fonciers, précarité des emplois qui attirent de moins en moins de jeunes et qu’il faut absolument préserver… De toutes ces doléances des acteurs, le ministre a assuré avoir pris bonne note. 

Le ministre a, au nom du Président de la Transition, Son Excellence Colonel Assimi GOÏTA et au nom du Chef de Gouvernement de la Transition, Son Excellence Dr Choguel Kokalla MAÏGA, salué les acteurs du sous-secteur dont la contribution à la valorisation du consommer local, composante essentielle du programme de gouvernance du Gouvernement de la Transition, est au cœur de la refondation de la Nation malienne. 

La politique de développement et de valorisation du sous-secteur de l’artisanat, initiée par les autorités du Mali, passe aussi par la sécurisation des emplois, souvent précaires, mais aussi des sites de travail parfois convoités par des prédateurs fonciers. Le développement, la valorisation et la modernisation du sous-secteur exigent des sacrifices de la part de toutes les parties prenantes, de l’Etat mais aussi des artisans et de leurs faîtières. Le ministre a également rappelé les efforts du Gouvernement de la République en vue de mieux organiser le sous-secteur qui, comme les autres secteurs de l’informel, a été durement secoué par les crises sécuritaire et sanitaire. La tenue prochaine du Salon international de l’Artisanat du Mali (SIAMA), pour lequel tout le Gouvernement est mobilisé, à commencer par le Président de la Transition, Son Excellence Colonel Assimi GOÏTA, malgré les restrictions budgétaires et le contexte sanitaire et sécuritaire propre au Mali, est la preuve de l’intérêt qu’accordent les plus hautes autorités du Mali à ce sous-secteur. 

CC/MACIT