Le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, Andogoly GUINDO, a présidé jeudi, 2 décembre 2021, en présence de ses homologues de la Refondation de l’Etat, chargé des Relations avec les Institutions, Ibrahima Ikassa MAIGA, de la Communication, de l’Economie numérique et de la Modernisation de l’Administration, Me Harouna TOUREH, de la ministre déléguée auprès du Premier ministre, chargée des réformes politiques et institutionnelles, Fatoumata DICKO, la première réunion du Comité de pilotage du processus d’élaboration de la Charte d’Ethique et des Valeurs du Mali.

Le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, Andogoly GUINDO, a rappelé l’importance de l’élaboration d’une Charte d’éthique, et des valeurs en particulier et de la culture en général, dans le processus de refondation du Mali, le Malikura, voulue par les plus hautes autorités du pays, à savoir le Président de la Transition, Chef de l’Etat, Son Excellence Assimi GOITA, et le Premier ministre, Chef du Gouvernement de la Transition, Dr Choguel Kokalla MAIGA.

Le Directeur national de l’Action culturelle, Alamouta DAGNOKO, qui a présenté les termes de référence du processus d’élaboration de la Charte, a indiqué que les travaux dureront trois mois au moins. Trois organes s’occuperont respectivement de la caution morale, de la caution scientifique et de la rédaction proprement dite de ladite Charte. Il s’agit d’un comité de rédaction, constitué de chercheurs, d’universitaires, d’hommes de culture, de dignitaires coutumiers, de personnes ressources, d’un Comité scientifique jouant un rôle consultatif et de validation scientifique et d’un Comité de pilotage. Le Comité du pilotage est essentiellement constitué de ministres, autour du ministre en charge de la Culture.

La finalité de la Charte est d’être introduite dans les programmes scolaires formels et non formels. Elle sera traduite dans les treize langues nationales codifiées.

CC/MACIHT