Plus de 900 objets archéologiques et ethnographiques ont été réceptionnés mardi, 7 décembre 2021, par le Premier ministre Chef du Gouvernement, Son Excellence Dr Choguel Kokalla MAIGA au Musée national du Mali des mains de Son Excellence Dennis Hankins, Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire des États-Unis d’Amérique au Mali. La cérémonie officielle de réception de ces objets culturels, issus du pillage et du trafic illicite, en provenance des Etats-Unis d’Amérique, a enregistré la présence de plusieurs membres du Gouvernement dont le ministre en charge de la Culture, Andogoly GUINDO mais aussi de celle du Chef du Bureau de l’UNESCO au Mali, Edmond MOUKALA.

Pour le Chef de Gouvernement malien, « cette démarche volontariste du Gouvernement américain mérite d’être saluée à sa juste valeur ». Il s’agit d’un événement « inédit par son ampleur », ajoutera-t-il. Puisqu’il s’agit du retour de plus de 900 objets archéologiques et ethnographiques, dans le cadre de l’exécution de l’accord existant entre les Etats-Unis et le Mali, et ce, conformément à la Convention de 1970, interdisant l’importation, l’exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels.

Au nom de Son Excellence le Colonel Assimi GOÏTA, Président de la Transition, Chef de l’Etat et au mien propre, le Premier ministre, Son Excellence Dr Choguel Kokalla MAIGA, a salué l’engagement du Gouvernement des Etats-Unis et de son peuple pour ce geste qui s’accompagne également de la prise en charge intégrale du transport des objets de New-York à Bamako, dans le cadre du Projet « Sensibilisation, éducation à la lutte contre le trafic illicite et l’exposition des biens culturels ».

Pour le Premier ministre, Son Excellence Dr Choguel Kokalla MAIGA, le retour de ces biens cultures « ouvre une nouvelle page des relations entre les deux pays dans le cadre de la coopération culturelle. » M. MAIGA espère aussi que le geste du Gouvernement des Etats-Unis fera des émules dans les rangs des pays occidentaux et inspirera dans la dynamique de restitution des milliers d’objets culturels maliens disséminés à travers le monde, dans des collections publiques et privées, dans un souci de « rééquilibrage de la géographie culturelle mondiale et de logique juridique ». « Le patrimoine culturel ne doit en aucun cas être prisonnier des musées occidentaux », a ajouté le Premier ministre MAIGA, qui attend surtout un signe de la part de la France. « Nous croyons que la déclaration du Président Macron à Ouagadougou en novembre 2017 n’est pas qu’un simple mot. »  a-t-il insisté avant d’appeler à suivre le bel exemple du Gouvernement des Etats-Unis d’Amérique.

Pour Son Excellence Dennis Hankins, Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire des États-Unis d’Amérique au Mali, la cérémonie de réception des biens culturels venus de son pays constitue un enjeu de célébration de l’histoire du Mali. Un pays dont l’histoire même est un mélange de plusieurs cultures. Le Mali, a souligné le diplomate, est le seul pays de l’Afrique au sud du Sahara à avoir signé un accord bilatéral en matière de lutte contre le trafic illicite de biens culturels et le pillage.

Rappelons que le Gouvernement de la République du Mali s’est engagé à faire « du retour de ses biens culturels une priorité et de la lutte le pillage et le trafic illicite des biens culturels une préoccupation majeure. » Le pays a adopté des textes législatifs et règlementaires portant protection et promotion de son patrimoine culturel national, ratifié des Conventions internationales et conclu des Accords, dans le but de restreindre l’importation de matériels archéologiques et ethnographiques. 

CC/MACIHT