La cérémonie d’ouverture de la 14e édition de la rentrée littéraire à enregistrer la présence de personnalités notamment le ministre de la jeunesse et des sports chargé de l’instruction civique et de la construction citoyenne également de son excellence l’ambassadeur de la délégation de l’union européenne, le directeur de l’institut Français au Mali et des plumes vénérées.

Cette 14eme édition de la fête du livre s’est ouverte par le mot de bienvenue du président des fonds des prix littéraires du Mali Monsieur Alou Aya suivi de celui de l’ambassadeur de la délégation de l’Union Européenne au Mali Monsieur Barth Ouvry 
Parsemé d’intermède musical avec la voix d’or de Baba Sala et d’Awa Maiga de la région du Nord du Mali pour chanter la paix.
Le ministre de l’artisanat de la Culture de l’industrie Hôtelière et du Tourisme monsieur Andogoly Guindo a souligné dans son discours que cela fait 14 ans que la Rentrée littéraire mène en cadence l’agenda culturel du Mali avec un succès croissant d’année en année, s’imposant aujourd’hui, par la magie du temps comme l’un des rendez-vous culturels les plus importants du continent africain, mais aussi comme une vitrine de la diversité et du rayonnement international la littérature. 
Le ministre Andogoly Guindo a demandé d’observer une minute de méditation et de prière pour tous ceux qui partageaient l’esprit et les ambitions de cette Rentrée littéraire et qui nous ont quittés.
Après la minute de silence il a également rappelé le caractère important de la rentrée littéraire qui pour lui est un évènement unique en Afrique, un espace de rencontres et de débats entre des écrivains venus d’Afrique et du reste du monde, des étudiants et des lycéens, des éditeurs, des libraires, des bibliothécaires, des lecteurs…, bref, tous ceux qui voient dans le livre un outil de progrès et de développement, tous ceux qui ont foi en son influence décisive et son rôle fondateur dans la vie de chacun. Cette quatorzième édition du Salon qui se caractérise par sa grande diversité et sa grande qualité est consacrée au thème «Territoires et imaginaires». Le choix de ce thème, qui combine réalité tangible et intangible, n’est pas anodin. En effet, la territorialité et l’imagination, deux faces d’une même réalité, part de l’imaginaire, de la fiction pour interroger le réel. Un thème au confluent de la pensée philosophie et de l’anthropologie, mais qui investit de plus en plus le « territoire » de la littérature.
Pour terminer avant de déclarer la 14eme édition de la rentrée littéraire ouverte, le ministre Andogoly Guindo s’est dit heureux d’annoncer au nom du Président de la Transition, le Prix Yambo OUOLOGUEM, d’une valeur de Deux Millions (2.000 000f/CFA). Point n’est besoin de dire ici qui était l’homme donne son nom à ce prix. La dation du nom de cet écrivain à un prix littéraire traduit non seulement la reconnaissance de l’Etat de la valeur de l’homme, de l’œuvre par lui accomplie mais tout simplement un devoir de réhabilitation et un esprit de justice. 
C’est sur les notes de la guitare du célèbre chanteur BABA SALAH CISSE que la cérémonie a pris fin et les officiels se sont retirés pour visiter la foire aux livres dans le hall du CICB.